Agenda ironique de décembre

Publié le par Gilles Duval

Une femme en quête de statue. 

Ce texte s'inscrit dans le cadre de l'agenda ironique de décembre à l'initiative de Anna Coquelicot, qui relaie là sur le thème des "mondes invisibles" pour ce mois-ci des mises en commun de mois en mois de textes (et/ou images) par des blogs.

"Elle se dénoue dans la chaleur moite, dénoue son châle, râle, obsolète et caduc son sexe ainsi pourvu glisse à la main. J'y ramasse mon or, pores dilatées, pourvu qu'elle sache qu'en un tour de main les distorsions soudaines, les digressions et les polémiques meurent un instant gorgé d'absolu. Soif de son âme, jaloux de paraître ainsi mis à nu, jaloux qu'on me voit ainsi, pleutre et gland, lâche, j'ose une entrave à sa beauté. Je pétris le sein, son sein, et l'autre, blanc soudain, puis légèrement rosé, puis rouge porphyre, vin, allaiter là. Arrête !, me dit-elle. Ordre, voix de non lieu, désordre peu amène et fier en même temps. J'accumule les paradoxes, sent subitement la pierre, y adhère caméléon sans couleur, puise du souffre, épouse d'autres branches, monte, monte. Pas d'argent. Pas d'argan. Pas de sel, passés les étages, l'ordre frêle et pompeux à la fois, claire voie qui distille enfin son seigle, her seeds, joie de cet abdomen qui se détend puis se tend, jusqu'à ne jamais se rompre, jusques-à cet arc arrêté en pleine ascension, avant le pic. Je réintroduis mon sujet, avare de paroles, drape son corps de mes mains alternées, gauches toutes, qui dès lors se confondent dans la misère, obstructions bénignes, os qui diraient le chevauchement possible, squelette dès lors magnanime, rendant squelettique tout argument, toute parodie, toute ostentation, tout blasphème, toute gaucherie plus. Mitraillant l'ordre, je cavalcade à son calva, nord absolu de toute foi, traçant le détour de mes coudes. Il y a un mot que je ne dis alors pas, m'abstenant d'un tout autre ordre, beauté confite, arôme glauque soudain, et parfum richement sucré. Cheveux maquillés glissant comme des pantomimes d'abstraction, et soudain fous, et fougères puis orties, qu'il faut jaunir à moindre mal, jactant à sa salive. Sol foulé, vexé, crédit à ses pieds, il faut lire absolument son défaut majeur, son manque de pierrailles, son chatoiement dans l'ombre grandissante, son dos, ses arbalètes majeures, lances crevant enfin le souffle, son casse-pied d'homme, cet attribut parfait, mangeaille d'où garnir un autre abdomen, tension et la sueur, tension et le blanc, bonheur, bon malheur, bombe. Préfigurant sa statue, elle se range maudite, cache surtout sa voix, se fait un mâchicoulis. Je dois quitter l'aire, son temps est un autre ordre, un pont qui amène à la lumière, et j'en doute. J'en doute tout le temps, par foi. Par esprit d'absolu. Je quitte le cimetière des statues."

Agenda ironique de décembre

Commenter cet article

jacou 29/12/2016 19:00

Phantasmes de statues ou de mains de sculpteur...j'aime l'enchainement et l'enchevêtrement des mots. Belle lecture.

laurence 29/12/2016 15:44

Au delà du thème évoqué, je retiens l'écriture au rythme dense, qui danse au son de l'exigence. ça me plait bien :)

dominique 28/12/2016 12:46

Difficile à commenter ce texte que j'ai failli rejeter en premier en pensant "encore une exhibition du sexe" mais des mots se dégage autre chose, comme un chant mystérieux qui justifie le titre splendide. Mystère !

Valentyne 25/12/2016 13:56

Un texte comme hypnotisant , des photos en noirs et blanc, un rythme syncopé que celui de cette femme (statue? )
Bref une plume découverte grâce cet agenda ironique :-)
Bon dimanche :-)

jena marie 11/12/2016 08:41

L'infini envol du doute à l'aube de chaque zénith nocturne. L'unique lumière caressante laissant se mouvoir les statues. Magnifique.

Anna Coquelicot 09/12/2016 09:11

Un texte qui rend palpable (Ô combien) ce monde invisible qu’est celui des phantasmes – enfin, dis-moi si je me trompe! Pour que je puisse présenter ton texte, donne lui un titre et crée un lien vers l'Agenda, où tu veux, au début à la fin ou même dans tes commentaires... Et , surtout, merci pour ta participation!